L’Allopathie

Nom de la médecine Classique.

Le Random House Dictionary of the English Language définit l’allopathie comme « la façon de traiter la maladie par l’utilisation d’agents qui produisent des effets différents de ceux de la maladie traitée ». Le mot a été inventé par l’homéopathe Samuel Hahnemann pour désigner ceux qui ne sont pas homéopathes. En opposition à homéopathie (allos = autre, différent), ce terme signifiait médecine ne recourant pas au principe de similitude (omoïos).

 

En association aux conditions d’hygiène de vie, elle est l’un des principaux éléments de l’augmentation de l’espérance de vie. Elle utilise de plus en plus des molécules de synthèse mises au point par l’industrie pharmaceutique. La phytothérapie et l’oligothérapie en font également partie.

 

Aujourd’hui l’allopathie est la thérapeutique officielle, pratiquée dans les hôpitaux et enseignée pendant les études universitaires.
 
 

L’Aromathérapie

L’Aromathérapie est souvent associée à la phytothérapie ou à l’homéopathie, dans l’arsenal thérapeutique, le terme phyto-aromathérapie est d’ailleurs employé par les spécialistes.

L’aromathérapie utilise les huiles essentielles.

Les huiles essentielles sont le résultat de la distillation à la vapeur d’eau des plantes ou arbres aromatiques. Pour être distillée, les plantes sont mises dans un alambic : sous l’effet de la chaleur, l’eau s’y transforme en vapeur, celle ci passe à travers les plantes, volatilise et entraîne les molécules aromatiques puis se recondense dans le serpentin réfrigérant. A la sortie de l’alambic un essencier sépare l’huile qui flotte à la surface de l’eau de distillation.

Une essence et une huiles essentielle sont deux substances différentes tant en nature qu’en composition, notamment en raison des modifications biochimiques que subit l’essence au cours de sa distillation. Contrairement à ce que son nom laisserait supposer, une huile essentielle ne contient aucun corps gras, étant uniquement constituée de molécules aromatiques volatiles.

Certaines huiles essentielles peuvent être diffuser dans l’atmosphère grâce à un diffuseur. Pour éviter la saturation et donc l’irritation, il est conseillé de diffuser les huiles essentielles de façon intermittente à raison de 15mn par heure.

Certaines huiles essentielles peuvent être appliquées directement sur la peau en massage diluées dans de l’huile végétale (amande douce, macadamia, rose musquée, argan, millepertuis…) Il est possible de les appliquer pures sur les points d’acupuncture.

Les huiles essentielles peuvent aussi être utilisées par voie orale, sous forme de gélules, sur du sucre, un comprimé neutre, dans de la confiture ou du miel… Il est impératif de respecter les posologies et la durée de traitement donnés par votre pharmacien. L’aromathérapie est une médecine naturelle mais pas une médecine douce.

Enfin, sur prescription les huiles essentielles peuvent être utilisées par voie rectale : les formules de suppositoires sont établies par le médecin aromathérapeute et réalisées par un pharmacien spécialisé. Il ne s’agit pas là d’automédication.

Les huiles essentielles sont des substances chères car très recherchées. Elles sont donc très souvent frelatées par adjonction d’huiles de mauvaise qualité ou par l’adjonction de produits de synthèse bien moins chers. Les huiles essentielles se dégradent vite si elles sont mal conservées (lumière, oxygène de l’air, température).

Se procurer des huiles essentielles et s’assurer de leur qualité est un de métier complexe qui demande beaucoup d’expérience. En France, comme dans la plupart des pays européens ni la vente des huiles essentielles, ni la pratique de l’aromathérapie ne sont réglementées. Il est donc très important avant tout de se procurer des huiles essentielles de qualité garantie et de s’adresser à des personnes qualifiées en aromathérapie.

Les huiles essentielles sont certes utilisées pour leur « odeur » mais surtout pour leurs activités thérapeutiques : stress, sommeil, douleur, cellulite, mal de gorge, infection ORL, brûlures, circulation, aseptisant…

Si les activités antibactériennes et anti-infectieuses des huiles essentielles sont aujourd’hui scientifiquement démontrées, d’autres activités pharmacologiques font encore l’objet de recherches.

/!\ En aromathérapie on exclut toujours des traitements à base d’huiles essentielles pour les jeunes enfants (immaturité enzymatique du nourrisson), pour les femmes enceintes, pour les personnes allergiques (asthmatiques, …), pour les animaux comme les chiens et les chats (absence de certains systèmes enzymatiques de métabolisation) et toujours sans l’avis d’un professionnel averti.

  • Certaines huiles essentielles se potentialisent mutuellement et sont donc plus efficaces en association.

La Cosmétologie

Un cosmétique est une substance ou une préparation destinée à être mise en contact avec diverses parties superficielles du corps humain, notamment l’épiderme, les systèmes pileux et capillaires, les organes externes, les dents et les muqueuses, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, protéger, parfumer, maintenir en bon état le corps humain, de modifier son aspect ou d’en corriger l’odeur. Les cosmétiques sont des produits d’hygiène et d’embellissement.

De manière plus générale, la cosmétique est l’ensemble des procédés et traitements destiné à embellir. On parle de travail cosmétique lorsque quelque chose doit subir un traitement de présentation sans être modifié.

  • les produits d’hygiène  : démaquillant dentifrice, déodorant, gel douche, gel nettoyant intime, savon, shampoing
  • les produits de soin : crème antirides, crème de jour, crème de nuit, crème hydratante, eau florale, gommage, lait, masque de beauté, baume pour les lèvres, tonique
  • les produits capillaires : après-shampoing, défrisant, gel, huile, laque, masque, teinture,
  • les produits de maquillage : anti-cerne, autobronzant, eyeliner, fard, fond de teint, khôl, mascara, poudre, produit pour blanchir la peau, rouge à lèvres, vernis à ongles
  • les parfums : eau de Cologne, eau de toilette, parfum
  • les produits solaires : crèmes, huiles ou lotions après-soleil et solaires
  • les produits pour le rasage et les produits dépilatoires : après-rasage, crème dépilatoire, mousse à raser
  • les préparations pour bains et douches : bain moussant, huile de bain, sels de bain

     

La Phytothérapie

La phytothérapie est une médecine qui utilise des plantes (ou la “partie active” de ces plantes) ayant des propriétés thérapeutiques.

L’utilisation des plantes thérapeutiques remonte à l’antiquité et peut être même bien avant, mais de nos jours, on ne cueille plus les plantes à l’état sauvage, ceci tant pour la survie des espèces sauvages que pour le choix précis de l’espèce botanique la plus riche en principes actifs. Une fois les plantes cueillies, on procède à l’extraction des principes actifs par différentes méthodes. Les extraits pourront ensuite être administrés sous forme de gélules, d’infusions, d’extraits.

 

Exemples de différentes méthodes de préparation des plantes.

  • Macération – Opération qui consiste à laisser macérer les plantes dans de l’eau tiède. En fonction du type de plante, la durée de macération est de 12 heures à 15 jours.
  • Infusion – Principe qui consiste à verser de l’eau bouillante sur les plantes en miettes. Il faut laisser l’infusion reposer 10 à 15 minutes avant de la boire.
  • Décoction – Les plantes en miettes sont portées à ébullition pendant 5 à 10 minutes, puis laissées refroidir jusqu’à une température qui permet de boire la décoction. La décoction est filtrée avant d’être bue.
  • Teinture mère – S’obtient par macération de la poudre de la plante séchée dans de l’alcool à 40°, 60° ou 80°, avec un appareillage spécial.
  • Poudre totale – Obtenue par cryo-broyage, c’est à dire par pulvérisation de la partie active de la plante sèche et broyage à froid sous azote liquide, à -196°C. La poudre totale est conditionnée en gélules.
  • Extraits – Ils sont plus épais que la teinture. Les extraits sont obtenus en traitant la plante broyée avec de l’eau, de l’alcool ou de l’éther. Les extraits secs sont des extraits dont on a fait évaporer presque toute l’eau et qui ont été ensuite réduits en poudre.